Holly Hatter, la conjonction du sombre et de l’art

Holly Hatter, la conjonction du sombre et de l’art
Holly Hatter, la conjonction du sombre et de l’art
Notez cet article

 

 

Bonjour à vous, les Fan’Dolls !

Qui a dit que la beauté à l’état pur devait toujours rayonner de douceur ? Aujourd’hui, Dolls Review vous propose un article sur une artiste de renom, à l’univers un peu dark et pourtant pas moins séduisant.

Holly Hatter, de son petit nom Pauline, est issue d’un parcours effectué au coeur des Beaux Arts. Âgée de 24 ans, elle nous livre aujourd’hui à travers une interview ses domaines de prédilection au sein de la communauté Dollienne. Artiste Française, Pauline est un vrai couteau-suisse et touche-à-tout ! Fondatrice de l’Atelier du Chapelier, sur Etsy, Holly Hatter habille vos dolls dans un style plutôt Shabby Chic & Romantic avec des outfits complets ou partiels, des accessoires tels que des écharpes ou des capelines. Mais ses compétences ne s’arrêtent pas là : elle créé aussi des Full Custom disponibles ponctuellement à la vente.

Pauline lance ce jour (et notre article officie l’inauguration !) son site web ainsi qu’une nouvelle collection de vêtements disponible ce soir à partir de 19h, sur sa boutique Etsy. On vous donne rendez-vous pour découvrir tout ça et en prendre plein les mirettes !

Mais avant, place à une interview attendue par bon nombre d’entre vous, nous vous souhaitons bonne lecture.

 

Tu couds, tu crées, tu customises de nouvelles demoiselles constamment, et tu photographies. As-tu d’autres talents cachés, en lien ou non avec les dolls ?
Holly Hatter : Le dessin prend aussi une grande part dans mon travail. Avant de modifier une poupée je vais faire des croquis. De l’expression, jusqu’aux détails de la tenue, tout va d’abord être dessiné sur mes carnets avant de prendre forme en volume. Comme je passe souvent d’un projet à un autre et que le processus peut prendre du temps c’est une manière de fixer ses idées pour ne pas les oublier, mais aussi parce qu’il y a un va et vient constant entre le papier et le support. Ces deux pratiques se complètent et s’enrichissent mutuellement. Pour moi faire des poupées c’est donner corps à mes illustrations, faire vivre mes personnages autrement.

La création de tes FC est-elle purement artistique ou bien cherches-tu à transmettre davantage ? Imagines-tu un caractère, une identité pour chacune d’elles ? Tu nous parles de ta petite dernière, Margot ?
Holly Hatter : Quand je pense à un personnage je réfléchis toujours à l’aspect visuel. Chacune de mes poupées a son caractère mais je n’écris que très peu. Ce qui me plaît en revanche, c’est de tout transmettre par leur expression, leurs vêtements… C’est la poupée qui raconte son histoire et ce n’est pas la même pour tout le monde. Inciter à la rêverie, c’est ce qui est passionnant. Les poupées que j’aime le plus sont celles qui me font voyager. Souvent je pense mes poupées comme des débuts d’histoire. Certains éléments sont en place : il y a une ambiance, des couleurs, parfois une époque ou un lieu et le reste est en suspens. Pour Margot c’est surtout une envie de couleurs et de vêtements. J’avais envie d’une poupée aux couleurs de l’automne. La plupart du temps les idées me viennent de films ou de livres. Comme Poe et Baudelaire, que je remodifie chaque fois pour qu’elles collent un peu plus à l’idée que je m’en fais (je réfléchis à une nouvelle version de Baudelaire en ce moment, ce sera la troisième).

Les principaux sujets présents sur tes photos sont des Pullips. Qu’en est-il des BJD ?
Holly Hatter : J’ai aussi une petite troupe de BJDs : une Lünn (Dust of Dolls), une Minifee Chloe sleeping (Fairyland) qui partage son corps avec deux têtes d’Unoa, une Heeah (MyDolling), une Sugar encore blank (Dollndoll) et depuis peu j’ai reçu une Bulbi de chez Amaleina (Heartstrung) que j’adore. Je ne les prends pas très souvent en photo parce que je suis moins à l’aise avec ce support qu’avec les Pullips. Beaucoup d’entre elles n’ont pas encore de personnage défini ou sont beaucoup trop grandes pour que je puisse les placer dans un décor, les intégrer dans ma collection. La plupart, comme la Minifee, me servent de mannequins de couture. De ce côté-là, les BJDs sont un très bon support qui permet de tester de nouvelles choses et de les adapter pour différentes tailles. Comme les corps sont plus réalistes ou avec des formes intéressantes, on peut pousser les détails, inventer des formes pour chacune… Je couds moins souvent pour ces poupées mais dès que je le fais j’apprends beaucoup.

De combien de dolls, et de quel type, se compose actuellement ta collection ?
Holly Hatter : J’ai actuellement 15 Pullips, une Blythe et 5 BJDs mais aussi un bon nombre de têtes de poupées, que j’ai démontées en attendant d’en faire autre chose. Parfois ce sont de vieux modèles stock, qui me plaisent et que je n’ose pas modifier, d’autre fois ce sont des têtes démaquillées qui n’attendent plus que le coup de crayon qui va leur donner une nouvelle forme. Certaines d’entre elles ont déjà un personnage bien défini, que je croque d’abord sur mes carnets et qui varie un peu au fil du temps.

D’où te vient le nom de ta boutique « L’atelier du Chapelier » ? Qu’est-ce qui t’as poussé à créer ta propre boutique ?
Holly Hatter : J’aime beaucoup le roman Alice aux pays des Merveilles de Carroll. Ses personnages sont originaux et sont une source d’inspiration constante pour mon travail. J’ai donc voulu y faire référence dans mon pseudo, qui a ensuite donné celui de ma boutique. J’ai choisi évidemment le chapelier car c’est celui qui aime le thé, qui à un rapport avec la couture et qui vit hors du temps. J’ai commencé à coudre en 2009, avec ma première poupée. Assez vite j’ai voulu partager ce que je faisais et vendre mes créations. Je prends aussi des commandes, qui me permettent de tester de nouvelles choses et de participer à la création d’autres personnages, ce qui est passionnant.

Merci beaucoup Pauline, d’avoir accepté de répondre à nos questions !

***

 

Galerie photos d’Holly Hatter

 

***

Et comme vous êtes non seulement des adeptes du travail d’Holly Hatter, et que nous savons pertinemment que les petits codes promo vous font plaisir, Holly Hatter & Dolls Review s’associent pour vous proposer 10% de réduction sur tout les articles sans exception de la boutique de Pauline, jusqu’au 17 novembre inclus !

 

 

Nous vous remercions vivement de votre fidélité et espérons de tout cœur que la lecture de cet article vous aura plu et permis d’en savoir plus sur un talent de notre communauté. À très vite dans un prochain article !

Have fun,
DollsReview

3 Commentaires

  1. Sylvie Charles-Herbeth
    28 octobre 2017 / 16 h 02 min

    Merci pour ce bel article ! J’ai été très heureuse d’en savoir un peu plus sur cette artiste toute en délicatesse et subtilité. Merci et bravo !

  2. Sophier Ernx
    10 novembre 2017 / 22 h 53 min

    Ma couturière préféré!! J’aime tout chez elle que ce soit ses makeups, les vêtements…bref son univers 💖 Je recommande à tout le monde d’acheter chez elle car c’est de très bonne qualités! Ravie de l’avoir un peu plus découvert à travers cet article.. Continuez le blog car c’est une idée merveilleuse et qui va sans doute devenir la référence francophone de l’univers dollien ! ✨🎠

  3. Michard Julie
    26 mars 2018 / 14 h 23 min

    Je suis contente de pouvoir en apprendre un peu plus sur le travail d’Holly. j’adore son univers romantique et vintage <3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *